Accueil Accueil Organisation PRINCIPES D'INTERVENTION - Page 4
PRINCIPES D'INTERVENTION - Page 4 PDF Imprimer Envoyer
Mercredi, 02 Décembre 2009 08:04
Index de l'article
PRINCIPES D'INTERVENTION
Une fonction d’utilité sociale essentielle
Une présence permanente pour tous les patients
Deux constatations :
Conclusion
Toutes les pages

Deux constatations :

  • les besoins médicaux des patients ne s’arrêtent pas à minuit (1). L’activité entre 00h00 et 6h00 et entre 6h00 et 8h00 représente respectivement 28% et 19% des actes effectués de 20h00 à 8h00. Sur le réseau France de SOS Médecins, à 2.500.000 visites en 2005, cela représente 465 000 interventions en soirée de 20h00 à 24h00, 245 000 entre 0h00 et 6h00 et 165 000 entre 6h00 et 8h00 du matin. Il faut noter également que les pathologies dans les horaires de « nuit noire » entre 0h00 et 6h00 sont plus « lourdes » que celles de soirée.

  • la part de l’activité de SOS Médecins effectuée aux heures d’ouverture des cabinets médicaux est en augmentation. Les médecins de cabinet ont de plus en plus de difficultés à inscrire dans leur activité quotidienne, la prise en charge des soins non programmés. La part de l’activité de SOS Médecins aux heures d’ouverture des cabinets médicaux atteint 40 à 45 % du total de ses actes. L’origine de ces appels est très souvent en provenance de tiers, médicaux ou non :
    • SAMU-Centre 15 (par appel direct ou en demandant au patient d’appeler lui-même SOS)
    • Médecins de cabinet (médecin traitant ou non) par appel direct ou en donnant au patient le numéro de téléphone de SOS Médecins
    • Pompiers
    • Police – Gendarmerie
    • Maisons de Retraite de personnes âgées – Foyer-logements – Domiciles Collectifs
    • Ecoles – Lycées – Universités
    • Crêches – Garderies
    • Magasins – Supermarchés – postes de sécurité d’hypermarchés
    • Infirmeries d’usine
    • Maisons d’Arrêt – Centres de Détention – Centres de Rétention
    • Foyers d’accueil de sans-abris
    • Gares SNCF – Aéroports – Gares routières
    • Hôtels – Restaurants
    • Etc.

Un coût très réduit pour la collectivité et une grande souplesse d’adaptation

Chaque association SOS Médecins est autonome sur le plan financier et supporte intégralement ses coûts sans aucune subvention des pouvoirs publics nationaux ou locaux.

Il apparaît que le coût pour la collectivité d’une association SOS Médecins (coûts de structure et de fonctionnement) est, sur la période horaire de la permanence de soins (20h00 - 8h00 et dimanches ou jours fériés), beaucoup plus faible que tous les autres dispositifs: maisons médicales et urgences hospitalières notamment.

Ce coût apparaît ainsi comme très inférieur à celui que représente le cumul ambulance + urgences hospitalières ou consultation dans une maison médicale, sans compter le coût sanitaire et social de l’incertitude, de l’attente et du risque médical pour le patient.

Le bilan coût avantage dans tous les aspects relevant de l’intérêt général est incontestablement favorable à un renforcement du système d’intervention mis en œuvre par SOS Médecins et non à l’application d’une approche doctrinaire professée par certains: « tout 15 » ou déplacement systématique du patient quel que soit le motif de l’appel.

Une étude effectuée par le cabinet AREMIS pour le compte de l’URCAM Ile de France, en Février 2006, sur l’évaluation des projets de permanence de soins en Ile de France financés par le FASQV, évalue et compare le coût moyen des interventions dans le cadre de la PDS : Il en ressort les résultats suivants :

  • déplacement d’une ambulance (sans compter la prise en charge par les urgences) 210,27 €
  • SMUR 189,60 €
  • service des urgences hospitalières 104,01 €
  • SDIS pour carence d’ambulance 90,00 €
  • Maison médicale de garde (base 12 actes) 70,89 €
  • SOS Médecins 59,83 €

Cette grande disparité de coûts fait bien ressortir la nécessité de communiquer sur la gradation dans l’emploi des moyens d’effection, en intégrant dans l’analyse le coût humain et financier des externalités ( déplacement la nuit pour des patients malades, problèmes de sécurité…). La visite de SOS qui est déclenchée dans environ 60% des cas puisque les centres d’appels régulent les appels, représente le coût le moins élevé pour la garantie médicale la plus grande, un médecin dûment équipé se rendant au chevet du patient .

Le modèle libéral de SOS Médecins repose sur le paiement à l’acte exclusif, contrairement aux autres structures publiques ou subventionnées. Le rapport IGAS et IGA de Mars 2006, a d’ailleurs proposé dans ses conclusions de favoriser ce fonctionnement pour la Permanence de Soins par rapport à des systèmes forfaitisés.

Enfin, l’apport de SOS Médecins en matière d’analyse épidémiologique et de recherche en médecine générale est important et permet de mieux connaître les caractéristiques médicales de la population, ce qui peut avoir une influence notable sur l’orientation des politiques de santé publique.

La pratique médicale développée par SOS Médecins est fondée sur une prise en charge complète du patient lui garantissant l’accès aux soins alors que son médecin traitant est indisponible et que son état ne nécessite pas le déplacement en urgence d’une équipe médicale hospitalière, c’est un Service Médical Continu qui s’enrichit aujourd’hui, autour de la visite, de modes d’intervention complémentaires comme des consultations aux heures de permanence de soins ou 24 heures sur 24.

C’est à ce titre que certaines associations réfléchissent à une extension possible, dans des conditions qui restent à définir, du savoir-faire de SOS Médecins à des zones rurales proches des zones périurbaines où elles interviennent. Plusieurs problèmes doivent au préalable être réglés notamment celui de la responsabilité des centres d’appels.



 

Suivez-nous...

Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux...
icon_facebookicon_twitter

Espace Médecins



Galerie photos

Conseils pratiques

Découvrez tout nos conseils pratiques

WIKI SOS

Accès à WIKI SOS

wikisos


sosmedecins-france.fr
PUBLIC SOS Médecins France