Accueil Actualité Actualités Actualité RECRUDESCENCE DE LA GALE
RECRUDESCENCE DE LA GALE PDF Imprimer Envoyer
Samedi, 22 Juin 2013 14:29

Grace aux données de SOS Médecins, une étude en Aquitaine confirme la recrudescence de la gale observée au niveau national

SARCOPTE

 

Le « Bulletin épidémiologique hebdomadaire » (BEH, 18 juin 2013, 24-25) publie une      étude sur l’évolution de la gale entre 2007 et 2011 en Aquitaine.

BEH

Réalisée à partir des données de SOS Médecins Bordeaux, Côte Basque et Pau et  des ventes de scabicides de deux grossistes répartiteurs de la région, elle confirme la recrudescence de la maladie au cours de ces 5 dernières années.

La gale est une parasitose relativement bénigne mais très contagieuse.

il s’agit d’une infection cutanée qui se propage rapidement dès qu'il y a promiscuité et que l’on trouve dans toutes les classes socio-économiques.
La gale provoque une très forte irritation et d’intenses démangeaisons, notamment la nuit. Elle se manifeste par une éruption cutanée, presque toujours sur les mains, entre les doigts. Elle peut aussi s’attaquer aux chevilles, aux pieds, aux orteils, aux coudes et aux organes génitaux. Elle touche aussi bien les enfants que les personnes âgées en institution.
Durant la période de l’étude, 769 diagnostics de gale ont été enregistrés par les 3 associations SOS Médecins, soit 0,1 % de leur activité totale.
La proportion de diagnostics a augmenté de manière régulière.
Entre 2007 et 2011, elle a été multipliée par 3,5 passant de 4,4 diagnostics de gale pour 10 000 actes à 15,6.
L’augmentation est confirmée par les ventes de scabicides qui, elles aussi ont aussi été multipliées par 3,2, passant de 15 799 boîtes ou flacons en 2007 à 50 583 en 2011.
La survenue de plusieurs pics épidémiques en fin d’été – début d’automne est en faveur d’une saisonnalité de la gale.
L’analyse des données montre une légère sur-incidence de la gale chez les femmes (sex-ratio F/H de 1,2) et une part importante de cas chez les moins de 20 ans (45 % des diagnostics contre 38,5 % pour les 21-40 ans, 14 % pour les 41-60 ans et 2,2 % pour les plus de 60 ans), une spécificité retrouvée dans d’autres études européennes.
Selon Christine Castor et coll., « les contacts physiques rapprochés et la vie en collectivité, plus fréquents chez les enfants et adolescents, pourraient expliquer cette sur-incidence de cas », chez les plus jeunes.
Entre 2008 et 2011, 38 % des épisodes de gale signalés à l’agence régionale de santé d’Aquitaine concernaient d’ailleurs des établissements scolaires.
Les résultats observés en Aquitaine confirment ceux observés au niveau national par l’Institut de veille sanitaire (InVS) qui mettait en évidence une augmentation des ventes de scabicides entre 2005 et 2009, de 10 % par an pour l’Ascabiol et de 22 % pour le Stromectol.

QUE FAIRE EN CAS DE GALE

 

Pour nous joindre

COMPOSEZ LE
3624
(0.15 € / mn)
365 jours par an
24 heures sur 24

Attention

Pour toute demande médicale Veuillez contacter SOS MÉDECINS par téléphone

Epidémiologie

Informations sanitaires

meteo_logo

Suivez-nous...

Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux...
icon_facebookicon_twitter

Espace Médecins



Galerie photos

Conseils pratiques

Découvrez tout nos conseils pratiques

WIKI SOS

Accès à WIKI SOS

wikisos


sosmedecins-france.fr
PUBLIC SOS Médecins France