Grippe : l’épidémie est repartie. Imprimer
Mercredi, 16 Mars 2016 16:08

L’épidémie de grippe est particulière cette année.

grippe_14_mars

Les Médecins de SOS Médecins exerçant dans les 62 associations SOS Médecins réparties sur le territoire français font face cette année à une épidémie de grippe particulière.

Leurs observations  sont confirmées par les analyses hebdomadaires de L’IRSAN (Institut de Recherche pour la valorisation des données de SANté).

Cette année, l’épidémie de grippe a débuté à la fin de la 3ème semaine de janvier, puis, après une première période de croissance jusqu’à la mi- février, une phase de régression s’est amorcée, lors des vacances scolaires, laissant penser à une fin programmée de cette épidémie.

Or depuis 15 jours-3 semaines, nous constatons une recrudescence marquée du nombre de cas de grippe dans toutes les régions françaises comme si une seconde épidémie s’installait.

Actuellement, plus de 2,1 millions de cas sont recensés et le pic n’est toujours pas atteint en cette 8ème semaine d’épidémie.

Dans de nombreuses régions, nous vérifions ces 2 pics épidémiques avec 2 profils de patients différents.

Sur la première phase, la clinique ainsi que le profil de patients atteints étaient plutôt classiques avec peu de complications respiratoires.

Au cours de la seconde phase le nombre d’enfants de moins de 10 ans touchés est nettement plus important que d’habitude.

Les symptômes cliniques présentés par les enfants sont particulièrement marqués avec des fièvres très élevées, de nombreux malaises vagaux et une durée des symptômes qui s’étale souvent pendant 8 jours. Les signes respiratoires et les complications bactériennes sont aussi souvent présents.

COMMUNIQUE DE PRESSE DU 15 MARS 2016

Selon l’IRSAN, le taux d’incidence de la grippe continue à progresser en cette 8ème semaine. Désormais, pour toutes les régions françaises, le nombre de nouveaux cas a augmenté significativement après avoir connu une régression dans le courant du mois de février. Seule la région Pays de la Loire entame une nouvelle décrue et montre ainsi une courbe en “dos de chameau”. Ce rebond touche particulièrement les enfants de moins de 10 ans ainsi que la classe d’âge 25-35 ans qui correspond probablement à celle de leurs parents.