Décembre est-il le mois des outrances de Marc Giroud ? Imprimer
Mardi, 17 Décembre 2013 16:23

Paris le 17 décembre 2013
logo_sos_medecins_france

Marc Giroud, président de Samu - Urgences de France, vient une nouvelle fois de tenir des propos diffamatoires et incohérents à l’égard de SOS Médecins, mais également désormais des dispositifs de la Permanence de Soins Ambulatoire (PDSA) validés par les Agences Régionales de Santé.

C’était devant la mission d’information sur la PDS à l’Assemblée Nationale, le 12 décembre 2013.

Marc Giroud est coutumier de ce genre de propos outranciers, surtout semble-t-il, en décembre à l’approche des fêtes de fin d’année où la présence des médecins de SOS Médecins est si utile à l’équilibre médical et à l’accès aux soins pour l’ensemble de la population.

Ce fut déjà le cas, lorsque le 15 décembre 2011, il avait laissé entendre lors d’une conférence de presse que les praticiens de SOS Médecins auraient pu privilégier dans leurs interventions les patients les plus favorisés (sic). Il a été condamné le 4 septembre 2013 par la Chambre disciplinaire de première instance de l’Ordre des médecins d’Ile de France pour manquement à ses obligations déontologiques et a été sanctionné en conséquence d’un avertissement (Marc Giroud a relevé appel de cette décision).

Cette fois ci, Marc Giroud prétend que SOS Médecins créé une situation inflationniste et de surconsommation de soins. Il n’avance aucun élément concret, il en serait totalement incapable tant cette assertion est gratuite et ne vise qu’à discréditer SOS Médecins devant la représentation nationale. Il attaque la Permanence de soins libérale avec une seule vision hospitalocentrée, oubliant les coûts engendrés par la régulation du SAMU, par le transport des patients vers les services d’Urgence, contribuant ainsi à leur engorgement. Il occulte également l’incapacité des Samu-Centre 15 à produire des données fiables sur leur activité en particulier concernant les conseils médicaux.

Nous sommes lassés des propos incontrôlés de Marc Giroud qui ne visent qu’à fragiliser les principaux acteurs de la PDS, alors qu’il ne fournit aucune information sérieuse sur le coût et l’efficacité des SAMU centre 15.

Nous réservons notre réponse à la mission d’information de l’Assemblée Nationale à laquelle nous fournirons, nous, des éléments concrets qui démontreront que les interventions de SOS Médecins (visites, consultations et conseils) assurent pour un coût minimal une efficacité médicale optimale. Celles-ci se traduisent ainsi par un pourcentage d’hospitalisations très faible, exemple de la pertinence de la régulation et des interventions de SOS Médecins, qui traitent les mêmes patients que ceux qui appellent les centres 15, hors détresse vitale et permettent le plus souvent leur maintien à domicile.

En attendant nous refusons d’entrer dans une polémique stérile entre médecine libérale et médecine publique car, en France il existe un continuum de responsabilité de tout le corps médical que seuls certains responsables doctrinaires et dépassés essayent encore de fragiliser par des propos incendiaires qui ne brûlent plus qu’eux-mêmes.

On peut certainement améliorer le dispositif de PDS et nous sommes convaincus que la mission d’information de l’Assemblée Nationale est une étape importante sur cette voie. Nous y participerons avec des propositions constructives et non des anathèmes destructeurs, rappelant à cette occasion la place importante occupée par SOS Médecins dans la Permanence et aussi la Continuité des soins.

 

Retrouvez la vidéo de l'audition du Dr Giroud ici