Accueil Commissions Commission scientifique Thèses Retentissement de la pollution atmosphérique à court terme en médecine ambulatoire
Retentissement de la pollution atmosphérique à court terme en médecine ambulatoire PDF Imprimer Envoyer
Mercredi, 08 Juin 2016 20:54

these_de_Marie_Seegers_-_Retentissement_de_la_pollution_en_medecine

Ce travail est la première étude du projet de recherche sur la pollution atmosphérique de l’IRSAN. Il apporte de nouveaux éléments sur les effets respiratoires associés à la pollution de l‘air. Aucune étude n’a été menée auparavant auprès des médecins de ville. Le recueil standardisé des diagnostics médicaux issus de l’activité de SOS Médecins à l’échelon national est un outil sans précédant qui permet l’étude de la santé des populations.

Nous avons pu mettre en évidence une association significative entre la pollution au NO2 et la survenue de pathologies spécifiques que sont les rhinopharyngites et les sinusites, tout en minimisant l’effet de certains facteurs tels que la météorologie, les vacances, week-end et jours fériés, les épidémies virales et les pollinisations.
Ces pathologies sont très fréquemment rencontrées par le médecin généraliste qui est le premier interlocuteur des patients lorsque les gens sont malades. Pouvoir analyser les modulations de son activité en fonction de la pollution atmosphérique pourra être un outil majeur afin d’appréhender les répercussions de la hausse de polluants et adapter la prise en charge individuelle.
Pour répondre au mieux à ces objectifs, et bien qu’on ne puisse pas conclure à un lien de causalité entre la hausse de N02 et les indicateurs sanitaires puisqu’il s’agit d’une étude observationnelle (à la différence des études menées en intention de traiter), ce travail doit se poursuivre en améliorant la qualité du registre des diagnostics (sensibilisation des médecins de SOS Médecins) et en intégrant un certain nombre d’autres paramètres tels que le tabagisme ou les antécédents médicaux au travers d’une étude prospective multicentrique.
Enfin, l’adage « risque individuel faible, risque collectif fort »[74] [1] est de mise dans le domaine de la pollution atmosphérique: même si les effets des agents agresseurs de l’environnement sont invisibles au niveau individuel et difficilement détectables au niveau collectif ils sont bien réels et nécessitent d’être identifiés pour être maitrisés.

 

 

 

Pour nous joindre

COMPOSEZ LE
3624
(0.15 € / mn)
365 jours par an
24 heures sur 24

Attention

Pour toute demande médicale Veuillez contacter SOS MÉDECINS par téléphone

Epidémiologie

Informations sanitaires

meteo_logo

Suivez-nous...

Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux...
icon_facebookicon_twitter

Espace Médecins



Galerie photos

Conseils pratiques

Découvrez tout nos conseils pratiques

WIKI SOS

Accès à WIKI SOS

wikisos


sosmedecins-france.fr
PUBLIC SOS Médecins France