Accueil Commissions Commission scientifique travaux divers L’examen en garde à vue (GAV) dans les locaux de l’Autorité requérante : La pratique d’un réseau de médecins urgentistes libéraux.
L’examen en garde à vue (GAV) dans les locaux de l’Autorité requérante : La pratique d’un réseau de médecins urgentistes libéraux. PDF Imprimer Envoyer
Samedi, 25 Avril 2015 14:20

Objectifs : - Cerner les pratiques médicales en GAV d’un groupe de 38 médecins urgentistes libéraux, pratiquant 2500 GAV/an - Homogénéiser la pratique du groupe, sur un plan professionnel, administratif et déontologique dans l’attente de la publication d’un consensus.

Matériel et Méthode :

Enquête de pratique envoyée par courrier en Juillet 2004 aux 38 médecins de SOS-médecins Nantes.

Items explorés : - conditions d’examens – spécificité de l’examen clinique –Processus décisionnel – Délivrance de médicaments : conditions, classes – Motifs d’hospitalisation– Rapport à l’autorité de police. Pour chaque item, une ou plusieurs réponses possibles. Certains items offraient la possibilité d’un commentaire écrit complémentaire.

Réponses dépouillées et saisies sur support informatique (EXCEL) pour analyse, synthèse diffusée auprès des praticiens par courrier.

Résultats :

29 réponses recueillies (76,31 % des réponses attendues), représentant 26 hommes et 2 femmes.

– Conditions d’examen : 25/29 examinent leur patient parfois seuls, parfois accompagné (notion de violences, de dangerosité). 5 d’entres eux exigent systématiquement une pièce isolée.

–Examen clinique : 15/29 déclarent l’examen semblable à leur pratique habituelle, 13/29 pensent que ce type d’examen favorisent dissimulation et fausse-déclaration

– Processus décisionnel médical : 19/29 tiennent compte du devenir du patient à l’issue de la GAV, 3/29 du nombre de GAV antérieures

– Rapport à l’autorité requérante : 18/29 se définissent comme expert technique, 10/29 se sentent totalement indépendants

– Prescription : 26/29 informent clairement leur patient, 25/29 systématiquement l’autorité requérante.

– Classes habituellement prescrites : Antalgiques I (100% de réponses), Benzodiazépines (81,48%), Neuroleptiques (22,22%), Antalgiques II et Salbutamol. (18,52%)

– Circonstances d’hospitalisations : Exceptionnelle (100% des réponses). Systématique si Diabète insulinodépendant (78,57% des réponses), troubles psychiatriques aigus (75%), violences (74,1%), asthme incontrôlé (35,71%)

– Délivrance d’un certificat prêt formaté de compatibilité valable 24H.

Discussion : limites de l’enquête, liées à son caractère déclaratif, à certaines questions à réponses ouvertes, à l’implication personnelle de certains items

Conclusion : Bonne adaptation de la structure (disponibilité 24H/24, souplesse d’adaptation aux conditions d’examens, continuum dans l’activité habituelle des praticiens). Faible nombre d’hospitalisations et leur pertinence.

Divergences nettes au sein du groupe sur la pratique de l’examen, le rapport à l’autorité, la délivrance de médicaments, nécessitant un effort de formation continue et un consensus professionnel.

L'examen du Gardé à vue pour la SFMU 2005.pdf

Conférence de consensus :

Intervention du médecin auprès des personnes en garde à vue

 

 

Conseils pratiques

Découvrez tout nos conseils pratiques

WIKI SOS

Accès à WIKI SOS

wikisos


sosmedecins-france.fr
PUBLIC SOS Médecins France