Accueil Actualité Actualités Actualité ORLEANS : SOS MÉDECINS EN DANGER ?
ORLEANS : SOS MÉDECINS EN DANGER ? PDF Imprimer Envoyer
Mercredi, 25 Janvier 2012 08:34

À Orléans, huit médecins travaillent pour SOS Médecins qui soulage les services d'urgence hospitaliers. Leur avenir pourrait être menacé. La nuit a été́  éprouvante pour le  docteur Jérôme Elarts.

Dans sa sacoche, douze visites aux quatre coins de l'agglomération d'Orléans, entre 23 heures et 7 heures du matin, pour des pathologies de tous genres, et avec des degrés d'urgence inégaux : gêne respiratoire, douleurs abdominales ou thoraciques, colique nephretiques, etc. Le praticien de SOS Médecins a passé la nuit entre sa voiture et le domicile de ses patients .

"Je suis la pour éliminer les choses graves et orienter les patients. Sur les douze, j'en ai envoyé́ trois aux urgences », résume-t-il avec fatigue mais sans lassitude".

Aujourd'hui, l'association SOS Médecins serait menacée de disparaitre à Orléans, comme dans un certain nombre de grandes villes françaises. Si la menace ne pèserait pas sur l'année 2012, elle serait, en revanche, bien réelle pour 2013.

En cause la réorganisation de la permanence de soins décidée par la nouvelle loi Hôpital- patients-santé-territoires (HPST) et qui conduit l'ARS (Agence régionale de santé) à revoir, sinon à mettre fin, aux accords de garde de nuit prévalant jusqu'ici avec SOS Médecins. « Cette décision qui conduirait l'ARS a supprimer la permanence des soins en deuxième partie de nuit va a l'encontre même des directives nationales », s'indigne le docteur Xavier Della-Valle, président de SOS Médecins à Orléans qui enregistre 50 000 appels annuels.

« Pour des raisons faussement économiques, l'ARS souhaite que seul le SAMU intervienne à partir de minuit. Mais on oublie un peu vite que le passage aux urgences n'est pas gratuit, tout comme les transports en ambulance ».

Si l'association n'est pas empêchée de poursuivre son activité, la prime de 150 euros accordée par l'ARS aux praticiens pour chaque nuit de garde pourrait disparaître.

« C'est donc l'attractivité de notre métier qui est en jeu. Plus personne n'acceptera de venir travailler a SOS Médecins dans ces conditions », poursuit le docteur Elaerts .

Autre conséquence possible de cette réorganisation, la suppression des consultations de SOS Médecins le week-end, aux heures pourtant où la médecine de ville est de repos « C'est un tiers de notre chiffre qui serait alors amputé. On nous demanderait de fermer notre consultation mais de continuer à faire les visites des personnes qui ne peuvent ni se rendre dans une maison médicale, ni aux urgences », s'émeut le docteur Elaerts, qui lâche sans appel « Si on nous force à faire

cela, j'arrêterais, et il n'y aura plus de SOS Médecins à Orléans ».

De son coté, l'ARS regrette un amalgame fait au niveau national et assure que la prime de 150 euros continuera a être accordée aux praticiens Orléanais qui oeuvrent entre minuit et 8 heures.

« SOS Médecins rend un service très précieux », assure André Ochmann, directeur de l'offre sanitaire et médico-sociale à l'ARS.

« Ce que nous voulons discuter avec SOS Médecins, c'est des secteurs géographiques de prise en charge. Si nous devons payer deux fois le même service alors qu'une seule structure suffit, c'est inutile, et nous sommes aussi garants des dépenses de santé » Mais pour André Ochmann, nulle remise en question du fonctionnement de SOS Médecins a Orléans n'est prévue.

Le 36 24 devrait donc fonctionner normalement.
En 2013 aussi.

 

Pour nous joindre

COMPOSEZ LE
3624
(0.12 € / mn)
365 jours par an
24 heures sur 24

Attention

Pour toute demande médicale Veuillez contacter SOS MÉDECINS par téléphone

Météo Gastro-entérite

Informations sanitaires

meteo_logo

Suivez-nous...

Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux...
icon_facebookicon_twitter


sosmedecins-france.fr
PUBLIC SOS Médecins France